. . . . . . . .
RETOUR VERS ACCUEIL NOS RECHERCHES BOUTEILLE A LA MER COUSINAGES DONNEES LIENS NOUS ECRIRE

patronymes rencontrés

ça bloque.

pouvez-vous m'aider?

cousinages confirmés

trombinoscope et ascendances

bien utile

adresse et favoris

.

 

Nos joies   Nos peines
   

La Famille en photo

200 ans d'évènements familiaux

petit aperçu photographique de nos ancêtres sur quatre générations, avec quelques liens supplémentaires

la photographie n'était pas encore inventée à cette époque. Il s'agit de présenter nos ancêtres jusqu'à la huitième génération
Origine des noms Liste éclair
inventaire incomplet, enrichi au fur et à mesure classées par département ou par pays
Album Photos les clochers de nos villages
en construction en construction

 

 

 

 

 

 

 

 

La Famille en photo:  
5ème génération

Arbre photographique

4ème génération 

3ème génération

2ème génération

 

 

 

 

 

 

 

 

200 ans d'évènements familiaux:........la suite.

6ème génération de °1805 à +1947
 

7ème génération de °1761 à +1915

8ème génération de °1730 à +1879

 Le but de ce site n'est pas de donner des renseignements précis sur quelques personnes, MAIS DE DONNER DES PISTES. 

Pour en savoir un peu plus, il vous suffit de m'envoyer un courriel à:

et PARTAGER NOS RECHERCHES. 

 

 

 

 

 

 

 

Liste éclair par département ou par pays: uniquement l'ascendance en fichier TEXTE (cliquez sur le blason)
Pays Région Département Blason du département nb de lignes
France Centre Cher 270
France Centre Indre 30
France Centre Loiret 7
France Bourgogne Nièvre 17
France Pays de la Loire Maine-et-Loire 90
France Pays de la Loire Sarthe

290
France Pays de la Loire Vendée 98
France Poitou-Charentes Deux-Sèvres 15
Allemagne     4
Belgique     71
Pologne     5

 

 

 

 

 

Origine des noms: source >> GENEANET et remerciements à Jean-Jacques CAFFIERI pour ses articles parus dans le Maine Libre.

 

Sous l'Ancien Régime, la rédaction des registres de baptêmes, mariages, sépultures était effectuée par les curés des paroisses ou leurs vicaires et parfois les sacristes. Tous n'avaient pas la même maîtrise de l'écriture. Ils ne se reportaient pas aux années antérieures mais ils utilisaient l'orthographe phonétique influencée par le langage de leurs ouailles. 

Après la Révolution, il en est de même avec l'état civil. Il faut attendre la délivrance des livrets de famille à Paris en 1877 et la loi du 4 avril 1884 appliquant cette mesure à toute la France pour que la tradition écrite s'établisse et que l'orthographe des patronymes soit fixée.

 

 
Anjou Berry Maine Nivernais Orléanais Poitou

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Patronyme   Classement en France Description
ALLARD

Pays de la Loire

Sarthe

 

C'est une variante du nom Alard, ancien nom de baptême d'origine germanique dont les racines "adal et hard" sont données à une personne au caractère noble et fort. 

Dans le Maine, on rencontre ce patronyme à Chemiré-le-Gaudin en 1660, à La Milesse en 1687, à Ecommoy en 1694, à La Quinte en 1700, à Saint-Jean-d-Assé en 1730. 

En Anjou, à Saint-Georges-sur-Loire en 1629, à La-Meignanne en 1645, au Plessis-Macé en 1639, à Thorigné-d-Anjou en 1641, à La Pouèze en 1651, à Angers en 1670.

AUBERT

Pays de la Loire

Sarthe

 

D'origine germanique, ce nom a deux racines: adal et berht. Elles se traduisent par noble et brillant. 

Dans le Maine, ce patronyme est présent dans la région de Fresnay-sur-Sarthe en 1588, de Cérans en 1604, Mamers en 1662, La Bazoge en 1700. 

En Anjou, à Angrie en 1580, Sainte-Gemmes-sur-Loire en 1643, Mazé en 1630, Bocé en 1685.

AUBRY

Pays de la Loire

Loire-Atlantique

 

C'est un nom de personne d'origine germanique. Il représente la forme populaire du prénom de baptême Albéric. Il correspond à un homme puissant. 

Dans le Maine, il est porté à Saint-Vincent-Des-Prés en 1671, à Crissé en 1691, à Moncé-En-Belin en 1702. 

En Anjou, à Epiré en 1626, à Montigné-Les-Rairies en 1650, à Savennières en 1651, à Daumeray en 1660, à Angers en 1675.

BEAUDOIN

Pays de la Loire

Sarthe

 

Le préfixe "beaud" est une variante en ancien français du mot baud désignant une personne joyeuse. Le suffixe "oin" est d'origine franque. Sa racine "oinus" correspond à un ami. Elle s'est ensuite stabilisé en français. L'ensemble correspond à un ami joyeux. 

Dans le Maine, il est connu à Savigné-l'Evéque en 1669, à Saint-Paul-le-Gaultier en 1719, à Conlie en 1784, à Noyen-sur-Sarthe en 1784. 

En Anjou, à Coron en 1687, à Mazé en 1696.

BENETEAU

Pays de la Loire

Maine-et-Loire

1878 ème rang

3324 naissances sur le siècle. 

Diminutif de Benoît, fréquent dans l'Ouest.

BLIN

Pays de la Loire

Maine-et-Loire

 

Ce patronyme est une déformation très fréquente dans le Maine. Il a pour origine le nom belinos. Il correspond à une divinité gauloise équivalente à Apollon chez les Romains. 

Dans le Maine, on le rencontre à Saint-Mars-la-Brière en 1671, à Spay en 1679, à Voivres en 1680, à Soulitré en1681, à Thorigné-sur-Dué en 1681, à Volnay en 1685, à Teloché en 1693. 

En Anjou, à La Tessoualle en 1739, à Montilliers en 1796. 

Dans la région de Nantes à Ancenis en 1744, à Herblon en 1849.

BOUHINEAU

Pays de la Loire

Vendée

4788 ème rang

19 naissances sur le siècle.

Pas d'autres infos pour le moment.

BRETON

Centre

Cher - Indre

 

Pays de la Loire

Sarthe

 

Breton
Originaire de Bretagne.

CHARLOT

Pays de la Loire

Sarthe

714 ème rang

7870 naissances sur le siècle.

Nom de baptême d'origine germanique, devenus nom de famille. Ces noms ont presque joui d'un monopole du X° au XIV° siècle en Europe occidentale et en Europe méridionale jusqu'en Italie, en Espagne et aux Baléares. Carl=arle(s), Charl--es, Charl-et, Charl-ot.

Charlot
Diminutif de Charles très répandu en Bourgogne. Doubles diminutifs : Charlotain, Charlotin, Charlottin (56), Charloteaux, Charlotteau, Charlotteaux (08), Charloton, Charlotton (36, 37). Matronyme : Charlotte (D.O.M).

Lottin
Hypocoristique d'un nom de baptême, mais difficile de savoir lequel : on a le choix entre Charlot, Gillot (diminutifs de Charles et de Gilles) et le nom germanique Lothaire. Le nom est fréquent dans la Somme (également 53, 76). Variante : Lotin (59).

Chalot
Nom porté dans la Haute-Loire ainsi qu'en Normandie (76 surtout). C'est dans la plupart des cas un diminutif de Charles (= Charlot). Le sens de petite demeure (= chalet) évoqué par M.T. Morlet devrait être plus rare.

CHASSET

Centre

Cher

4398 ème rang

409 naissances sur le siècle.

Pas d'autres infos pour le moment.

DARMET

Centre

Cher

4472 ème rang

335 naissances sur le siècle.

Pas d'autres infos pour le moment.

DELHOMME

Centre

Cher

 

Ile de France

 

Delhomme
Désigne celui qui est originaire d'un lieu-dit l'Homme (= l'orme). C'est dans la Vienne que le nom est le plus répandu. On le rencontre aussi dans l'Ardèche et la Drôme.

DUBOIS

Pays de la Loire

Sarthe

 

Ce nom désigne un habitant d'une maison située près d'un bois. Dans le Maine, ce patronyme est connu à Degré en 1693, à Sillé-le-Guillaume en 1702, â Rouessé-Vassé en 1703, à; Saint-Victeur en 1686, Saint-Ouen-en-Champagne en 1725. 

En Anjou, â Villévéque en 1630, à Varennes-sur-Loire en 1686, à Brissarthe en 1680, à Pellouailles-les-Vignes en 1739.

DURAND

Centre

Cher - Loiret

7 ème rang

99614 naissances sur le siècle.

L'un des patronymes les plus courants. Il s'agit d'un nom de personne, vraisemblablement d'origine germanique, mais très tôt latinisé en Durandus, considéré comme un dérivé du verbe durare (= durer), avec le sens de endurant.

Durand, Durant, Duran
L'un des patronymes les plus courants. Il s'agit d'un nom de personne, vraisemblablement d'origine germanique, mais très tôt latinisé en Durandus, considéré comme un dérivé du verbe durare (= durer), avec le sens de endurant. La forme Duran est le plus souvent espagnole.

Dorandeu
Certainement une forme altérée de Durandell, diminutif formé sur Durand.

Durandaud
Diminutif de Durand porté en Poitou-Charentes et dans le Périgord. Autres diminutifs : Durandal (18, c'est aussi le nom de l'épée de Roland), Durandel (70), Durandelle, Durandet (85), Durandeu (09), Durandin (90), Durandot (71).

Duranton
Diminutif de Durand, Durant, porté notamment dans la Haute-Loire, l'Allier et l'Ardèche. Variante : Duranthon (43, 47). Avec d'autres suffixes : Durantau (33), Duranteau (85), Durantet (42), Durantin (03, 71), Durantou (82, 31, 47).

Andurand
C'est dans l'Aveyron que le nom est le plus répandu (également 47, 82). Variantes : Anduran, Andurant, Enduran. On peut certes y voir le surnom d'un homme endurant, patient, mais une autre solution est envisageable : le nom Durand, précédé de la particule occitane "en" (marquant en général un degré élevé dans la hiérarchie sociale). Dernière possibilité : un éventuel nom de baptême médiéval. Les noms Danduran, Dandurand désignent pour leur part le fils d'Anduran(d), ou encore celui qu'on appelait "dam Durand" ("dam", du latin "dominus", à rapprocher de l'espagnol "don")."

Duranceau
Porté dans la Vendée et les départements voisins, semble être un diminutif du nom de personne Durand. A noter cependant, dans la même région, l'existence du nom de famille Durance (44, 85), de sens assez incertain (ancien français "durance " = durée ?), dont Duranceau pourrait être un diminutif."

Dantin
Surtout porté dans le Pas-de-Calais, le nom y désigne celui qui est originaire d'Antin, hameau à Valhuon (62). On rencontre également le nom dans le Gers et les Hautes-Pyrénées, où il renvoie soit à la commune d'Antin (65), soit à des hameaux du même nom à Bazian et à Saint-Soulan (32), soit enfin au hameau de Dantin à Marseillan (65). Enfin, il y a aussi des Dantin en Savoie, où le nom pourrait être une forme contractée de Durantin, diminutif de Durand (à rapprocher de formes italiennes telles que Dantino, Dantini).

DUVAL

Centre

Cher

 

Ce patronyme désigne l'habitant de la maison située dans une vallée. 

Dans le Maine, ce nom est porté à Douillet-le-Joly en 1651, à Mont-Saint-Jean en 1626, à Teloché en 1661, à Tennie en 1687, à Neuvillette-en-Charnie en 1690. 

En Anjou, à Andigné en 1647, à Saint-Georges-du-Bois en 1683, à Grez-Neuville en 1692, à Villévêque en 1721, à Le-Bourg-d'Iré en 1724.

Dans le Berry, ce nom est porté à Savigny-en-Sancerre en 1625.

ESNAULT

Pays de la Loire

Sarthe

 

Sous l'Ancien Régime, la rédaction des registres de baptêmes, mariages, sépultures était effectuée par les curés des paroisses ou leurs vicaires et parfois les sacristes. Tous n'avaient pas la même maîtrise de l'écriture. Ils ne se reportaient pas aux années antérieures mais ils utilisaient l'orthographe phonétique influencée par le langage de leurs ouailles. 

Après la Révolution, il en est de même avec l'état civil. Il faut attendre la délivrance des livrets de famille à Paris en 1877 et la loi du 4 avril 1884 appliquant cette mesure à toute la France pour que la tradition écrite s'établisse et que l'orthographe des patronymes soit fixée.

FOUCHARD

Centre

Cher

Pays de la Loire

Sarthe

 

Ce nom de personne d'origine germanique a pour racines folc et hard désignant un peuple fort. 

Dans le Maine, ce patronyme est porté à Meurcé en 1670, à Beaufay en 1802. 

En Anjou, à Chalonnes-sur-Loire en 1691, à Montpollin en 1774.

FOUQUE

Pays de la Loire

Sarthe

 

Fouque, Fouques
Nom fréquent à la fois en Normandie (14, 76) et en Provence (83, 13). C'est un nom de personne d'origine germanique, Folco (folc = peuple). A noter que, dans les Rougon-Macquart, Emile Zola a donné le nom d'Adélaïde Fouque à l'ancêtre de cette famille.

Fouquet
Diminutif de Fouque, nom de personne d'origine germanique, Folco (folc = peuple). Le nom est surtout répandu dans l'Ouest (53, 72) et la région parisienne.

Houque
Nom porté surtout dans le département du Nord (variantes : Houck, Houcke, Houques). Désigne celui qui est originaire d'un lieu-dit Houck, toponyme très fréquent dans cette région, rencontré aussi sous la forme Hoeck en Belgique, qui a le sens de "coin". Attention : les formes Houque, Houques se rencontrent aussi dans le Sud-Ouest, et dans ce cas le nom est une variante gasconne de Fouque, Fouques (voir Fouque).

Fouchet
Diminutif de noms de personnes d'origine germanique formés sur la racine folc (= peuple). On a le choix notamment entre Fouque (variante Folch) et Fouché. C'est dans l'Indre que le nom est le plus répandu, il est également assez fréquent dans le Loiret.

Fouquiau
Le nom est surtout porté dans le Loiret. Variantes : Fouquau, Fouqueau. C'est un diminutif de Fouque ou une variante de Foucaud (voir ces noms).

FRAINIERE

Belgique

???

0 naissances sur le siècle, en France. 

pas eu de porteurs nés en France entre 1891 et 1990.

FRENIERE 

(Lafrenière, Lafrénière: désigne celui qui habite un lieu-dit la Frénière (= bois de frênes).

GABORIAU

Pays de la Loire

Maine-et-Loire

Vendée

 

Dans l'Ouest, c'est une variante du nom Gabreau, lui-même dérivé du verbe français gaber, se moquer, plaisanter. C'est ce qui a formé le sobriquet d'une personne joviale. 

Dans le Maine, avant la Révolution, ce nom est peu connu. 

En Anjou, on le découvre à Tillières en 1695. 

En Vendée, il est présent à Saint-Malo-du-Bois en 1780, à Treize-Vents en 1810.

GALARD

Centre

Cher

 

Nous avons ici le patronyme d'une personne d'origine germanique. Les racines de ce mot "gal et hard" correspondent à un grand chanteur. 

Dans le Maine, il est peu courant aux siècles derniers. 

En Anjou, il est connu à Saint-Laurent-du-Mottay en 1610, à Angers en 1656, à Saint-Laurent-le-Vieil en 1680, à Botz-en-Mauges en 1700, à Chanzeaux en 1750.

Dans le Berry, ce nom est porté à Léré en 1785.

GASSE

Pays de la Loire

Sarthe

 

Dans l'Ouest de la France, ce nom a une origine germanique datant du Moyen-age. Sa racine, dans le vieux parler allemand, " wattja " désigne des lieux humides comme les prairies de Normandie. Ce nom est devenu le surnom de l'exploitant de ces terres, de celui qui élève des bovins ou des ovins. 

Dans le Maine, il est porté à Pontvallain en 1639, à Marigné-Laillé en 1641, à Saint-Vincent-du-Lorouer en 1672, à Téloché en 1674, à Mareil-sur-Loir en 1701, à Coulombiers en 1704. 

A cette époque, ce patronyme est très rare en Anjou. 

Au XXe siècle, on le rencontre dans la Sarthe et dans la Seine Maritime.

GAUTHIER

Pays de la Loire

Maine-et-Loire

 

C'est un nom de personne d'origine germanique dont les racines "wald et hari" désignent un gouverneur militaire. 

Dans le Maine, ce patronyme est présent à Fatines en 1617, à Melleray en 1672, à Soulitré en 1673, à Vancé en 1685, à Sillé-le-Guillaume en 1703. 

En Anjou, â Chazé-sur-Argos en 1612, à Daumeray en 1612, à Mazé en 1627, à Brigné en 1650, à Trélazé en 1664, à Beaufort-en-Vallée en 1683.

GUEDON

Pays de la Loire

Maine-et-Loire

Vendée

 

Guède, Guédon, Guedon
Noms très fréquents dans l'Ouest. Plusieurs solutions ont été proposées, mais la meilleure est à mon avis un nom de personne d'origine germanique, sans doute Wido (wid = bois) qui est aussi à l'origine du nom de baptême Guy. Autres racines possibles : gaido (= épieu, lance) ou wadi (= gage). On ne peut cependant négliger la guède, autre nom du pastel, plante tinctoriale donnant autrefois la couleur bleue.

Gueydon
Porté dans les Bouches-du-Rhône, le Lyonnais (42, 69) et le Périgord, c'est une variante de Guédon (voir Guède).

GUYON

Centre

Cher

 

C'est un nom de personne d'origine franque ayant pour racine "wido", mot désignant le bois. C'est un diminutif du nom et du prénom Guy. 

Dans le Maine, on rencontre ce patronyme à Loué en 1694, à Marçon en 1664, à Torcé-en-Charnie en 1720, à Sillé-le-Guillaume en 1710. 

En Anjou, à Marcé en 1677, à; Morannes en 1638, à Sainte-Christine en 1650.
Dans le Berry, ce nom est porté à Léré en 1746 et à Savigny-en-Sancerre en 1714.

HOUDAYER

Pays de la Loire

Sarthe

2567 ème rang

2324 naissances sur le siècle.

Pas d'autres infos pour le moment.

MOULIN

Pays de la Loire

Sarthe

 

Ce patronyme est donné dans diverses régions à des personnes exerçant le métier de meunier. 

Dans le Maine, il est connu à Mézières-sous-Ballon en 1708, à Beaufay en 1790, à Champagné en 1797. 

A cette époque, il est rarement porté en Anjou. 

Au XXe siècle, on rencontre ce patronyme en Ardèche, dans la Loire et en Haute Loire.

MURZEAU

Pays de la Loire

Maine-et-Loire

 

Le nom est porté en Vendée (également 49, 79). Sens incertain, peut-être un toponyme : il existe une Vallée Murzeau à La Villedieu (17), et un hameau s'appelle le Murzeau à La Vineuse (71).

PARIS

Belgique

 

Champagne

Marne

 

Normandie

Seine-Maritime

 

Paris
Nom très fréquent un peu partout, mais qui paraît avoir été autrefois porté surtout dans les régions de l'Est, de la Lorraine jusqu'à la Savoie. On le considère généralement comme un nom de baptême, issu du latin Patricius, qui correspond à la forme savante Patrice, mais il pourrait bien venir en fait du nom grec Pâris. Il existe en tout cas un saint nommé Paris, qui s'est illustré en Italie au début du IVe siècle, en tuant un grand serpent vénéré par les foules superstitieuses, puis en échappant aux bêtes féroces par lesquelles la population avait voulu le faire massacrer. Evidemment, le nom Paris peut aussi parfois désigner celui qui est originaire de Paris, mais cela semble assez rare.

PASQUIER

Pays de la Loire

Vendée

 

En ancien français, ce mot correspond à un pâturage. Son sens a dérivé vers un surnom d'un éleveur de bétail. 

Dans le Maine, ce patronyme est connu à Saint-Cosme-de-Vair en 1651, à Chantenay-Villedieu en 1675, à Jupilles en 1677, à Villaines-sous-Lucé en 1677. 

En Anjou, à Savennières en 1580, au Pin-en-Mauges en 1614, au Lion-d'Angers en 1621, à BoucheMaine en 1671, à Andigné en 1683, à Angers en 1693. 

En Vendée, à Treize-Vents en 1813 et à La Gaubretière en 1634.

PICHON

Pays de la Loire

Sarthe

 

Dans le parler du Maine, ce nom désigne un petit oiseau encore au nid; c'est un sobriquet désignant un joli garçon. Dans cette province, ce patronyme est présent à Chassillé en 1639, Saint-Corneille en 1707, Neuvillalais en 1697. 

En Anjou, à Jarzé en 1681, Moranne en 1638.

POIRIER

Pays de la Loire

Sarthe

 

Ce nom représente un arbre entretenu dans un jardin potager. En effet, depuis la plus haute antiquité, le poirier est considéré comme un arbre familier de nos jardins, contrairement au pommier qui est une essence de nos bois. Ce nom est devenu le sobriquet donné à un arboriculteur et à un jardinier. 

Dans le Maine, ce patronyme est porté à Cérans en 1599, à Commerveil en 1658, à Domfront-en-Champagne en 1669, à Grandchamp 1670, à Moncé-en-Saosnois en 1692, à Saint-Léonard-des-Bois en 1672. 

En Anjou, à Saint-Martin-du-Bois en 1610, à Villévêque en 1611, à Savennières en 1637, à Seiches-sur-le-Loir en 1645, à Loiré en 1634, à Vern-d'Anjou en 1669. 

Dans la Vienne, à Velleches en 1733. 

Dans la Région de Nantes, à Belligné en 1777, à La-Chapelle-Saint-Sauveur en 1833.

PROVOST    

Ce nom est une variante de Prévôt. Sa fréquence dans de nombreuses régions laisse supposer que ce patronyme est un sobriquet donné à des officiers et à des magistrats de diverses juridictions. 

Dans le Maine, on le rencontre à Fresnay-sur-Sarthe en 1631, à Mont-Saint-Jean en 1646, à Assé-le-Boisne en 1673, à Courgains en 1669, à Bourg-le-Roi en 1698, à Degré en 1720, à Courcival en 1726. 

En Anjou, à Gené en 1611, à Montreuil-sur-Maine en 1687, à Champteussé-en Baconne en 1689, à Soulaines-sur-Aubance en 1740, à Juigné-sur-Loire en 1766. 

Dans la région de Nantes à Mésanger en 1727.

RAGUENEAU

Pays de la Loire

Loire-Atlantique

 

1437 naissances sur le siècle.

Surtout porté en Vendée, dans l'Indre-et-Loire et dans la Nièvre, c'est un diminutif de Raguin (25, 89, 77), nom de personne formé sur la racine germanique ragin (= conseil). 

Variantes : Raguenaud (79, 87, 58), Raguenault (89, 86), Ragueneaud (79). Autre forme : Raguenel (61). Avec un autre suffixe : Raguenet (45), Raguenot (58, 33).

RICHARD

Pays de la Loire

Mayenne

Sarthe

 

C'est un nom de personne d'origine germanique dont les racines "ric et hard" désignent un homme puissant au caractère dur. 

Dans le Maine, ce nom est connu dans le Saosnois en 1614, à Notre-Dame-des-Champs en 1687, à Congé-sur-Orne en 1680, à Sainte-Jamme-sur-Sarthe en 1687, à Neuvy-en-Champagne en 1707. 

En Anjou, à Savennières en 1604, à Gené en 1617, au Lion-d'Angers en 1654, aux Ponts-de-Cé en 1681, à Bourg-l'Evéque en 1673, à Saint-Bartélémy-d'Anjou en 1662. 

Dans la région de Nantes, â Couffé en 1626, à Montrelais en 1810.

Dans les Deux-Sévres à Nueil-sur-Argent en 1811.

ROUL

Pays de la Loire

Loire-Atlantique

 

C'est un patronyme d'origine germanique dont les racines "hrod et wulf" correspondent à un chasseur de loups de grande réputation. Aux siècles derniers, ce nom est rare dans le Maine et en Anjou. 

On le rencontre dans la région de Nantes à Saint-Vincent-des-Landes en 1702, au Grand-Auvergné en 1733. 

Au XXe, il est présent dans la Loire Atlantique.

SALMON

Centre

Cher

 

Dans la toponymie du Nord du Haut Maine, l'érudit Roger Verdier attribue, à une germanisation datant des invasions du Moyen-âge, la transformation en "mund" d'une partie du nom hébreu, Salomon. Sa racine, "Shelomoh" définit un homme pacifique. 

Dans le Maine, ce patronyme est connu à Laigné-en-Belin en 1635, à Lombron en 1672, à Brains-sur-Gée en 1675, à Brûlon en 1686, à Cures en 1724, Au Mans en 1763. 

En Anjou, à Bouchemaine en 1635, à Saumur en 1665, à Morannes en 1669, à Savenières en 1684, à Grez-Neuville en 1717. 

Dans la région de Nantes, au Grand-Auverné en 1662, à Saint-Vincent-des-Landes en 1740.

Dans le Berry, ce nom est porté à Sainte-Gemme-en-Sancerrois en 1746.

VEAU

Pays de la Loire

Sarthe

 

Ce nom représente une altération en toponymie du mot vau, val. Il désigne des habitations dans une vallée, puis leurs habitants. 

Dans le Maine, ce nom est porté par des familles à Rouessé-Vassé en 1632, à Teloché en 1637, à Crissé en 1642, à Poché en 1707, à Saint-Rémy-de-Sillé en 1710. 

En Anjou, il est présent à Trémont en 1689, à Coron en 1714, à Angers en 1739, à Bouchemaine en 1774. 

Au XXe siècle, on rencontre ce patronyme dans le Maine et Loire, la Saône et Loire, la Sarthe et à Paris.

 

 

 

 

© copyright2003 by AC maj:28/03/10